les bases

 

 

 

trois notions pour tout comprendre    

    

Ces notions, indépendantes les  unes des autres, sont les   bases 

sur  lesquelles  repose l'ensemble du  cours. Leur compréhension

ne nécessite aucune connaissance préalable.  

 

 

 123-IB-T-B.jpg

  

 

 

1-  MARCHÉ INTERBANCAIRE 

 

C'est le POUMON des banques. Pour une raison simple: les banques n'ont jamais à disposition immédiate les sommes exactes que les clients retirent pour des paiements. Ou au contraire l'emploi immédiat des sommes que les clients déposent. Elles ont donc inventé un système de mutualisation des excédents et des déficits pour résoudre ce problème. Ce système a un nom,... le  marché interbancaire (appelé aussi marché monétaire, dont il est la partie la plus importante). La défaillance d'une banque met en danger toutes les autres! Avoir cela à l'esprit est indispensable pour comprendre le monde bancaire, la fragilité des banques et le rôle crucial des banques centrales. C'est aussi une clé fondamentale pour comprendre la régulation, la crise des subprimes, ou ... la différence entre liquidité et rentabilité.

 

2 - LES TITRES 

 

Une invention simple à comprendre, et dont la portée est considérable. Il y a deux manières de matérialiser un prêt: soit avec un contrat de crédit classique, soit avec un PAPIER AU PORTEUR, signé par l'emprunteur. Ce "papier" est une action ou une obligation, c'est-à-dire un titre. Ce titre, action ou obligation, peut être acheté et revendu à tout moment par l'investisseur sur le marché (marché obligataire ou bourse), tandis que pour l'emprunteur, rien ne change. Cette notion de titre est fondamentale pour expliquer  la complémentarité entre le financement par le crédit bancaire et le financement par le marché et donc l'importance des marchés dans l'économie. Et ce qu'on ne dit pas assez: la bourse permet à l'entreprise d'"emprunter" sans obligation de rembourser!

 

 

3 - BILAN

 

Nul besoin de plonger dans la comptabilité: il s'agit seulement de s'emparer  de cet OUTIL DESCRIPTIF puissant qu'est le bilan. Un outil qui s'apprend comme une langue étrangère... qui n'aurait pas plus de quatre règles de grammaires et vingt mots de vocabulaire. Son utilité est considérable. Quand on a compris comment lire un bilan, on voit tout de suite comment travaille une banque ou une entreprise.  Le bilan est une clé aux applications multiples:  diagnostic de gestion des entreprises, des banques ou des fonds, régulation, analyse de la régulation bancaire, du quantitative easing, des subprimes...  Et là aussi, quelque chose qui n'est pas assez dit: les entreprises se prêtent entre elles, comme des banquesI C'est une réalité économique que la terminologie comptable ne permet pas de percevoir immédiatement. Comment le voir? Tout simplement les postes "Clients" et "Fournisseurs". Donc, une entreprise bien gérée se doit de faire un travail de banquier! A noter que la notion de cash-flow est moins fondamentale pour une raison simple: il y a peu d'applications du cash-flow dans l'actualité de tous les jours.

 

 

 

 

Ces notions sont développées en rubrique LES BASES

en page d'accueil.     

 

 

 

@ D2a.jpg

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MAJ 

 



05/03/2016