les très gros salaires

 

 

 

Pour aborder sereinement l'économie, la finance et la banque, il est indispensable de se débarrasser des préjugés qui les concernent et sont particulièrement tenaces dès lors que l'on touche au domaine de l'argent. Les préjugés agissent comme des filtres dans la perception de la réalité.

Les très gros salaires sont l'exemple d'un sujet d'apparence secondaire mais dont la perception erronée nuit à la compréhension du monde de l'entreprise. On pourrait dire la même chose des dividendes. Semblant échapper à toute rationalité, les tgs et les dividendes nourrissent des fantasmes dans l'opinion.   Le préjugé, voire la morale se substitue à la compréhension. 

 

Le trés gros salaire - 10 millions d'euros et plus - de la star de cinéma ou de football glisse plus facilement dans l'opinion car la présence médiatique des personnes concernées, leur talent visible et leur popularité accréditent l'idée de la fortune méritée. Leurs très gros salaires ne sont pas porteurs d'un sentiment d'injustice, car le succès dans ces deux domaines parait accessible à tous, sans considération d'origine sociale, à la seule condition d'avoir du talent.

Le mythe de Cendrillon devrait pourtant moins séduire que le mythe Bill Gates, car il y a beaucoup plus de créateurs de start-up qui accédent à la fortune que de Cendrillons devenues des stars de cinéma. Mais c'est ainsi. Il est vrai que si chacun peut apprécier le talent dans le domaine des arts ou du sport, il n'en est pas de même pour un dirigeant d'entreprise. Le travail du CEO est mystérieux pour ne pas dire obscur pour le plus grand nombre, tout comme les règles de fixation des hiérarchies. 

D'où viennent les très gros salaires des CEOs ? Deux éléments principaux: leur capacité à créer de la valeur - l'offre et la demande.e sentiment  car  

 

 



22/02/2015